أخبارأمن وإستراتيجيةفي الواجهة

Les généraux de Netanyahu sont en colère… les commandants de l’armée israélienne sont mécontents

Les généraux de Netanyahu sont en colère… les commandants de l’armée israélienne sont mécontents

Un rapport du journal américain “The New York Times” a révélé un mécontentement croissant parmi les dirigeants militaires israéliens à l’égard de la guerre à Gaza, qui voient la mission militaire dans la bande de Gaza finir par se répéter, en l’absence d’une vision claire des conséquences de la guerre. guerre.
Le rapport publié mardi montre clairement que les dirigeants militaires israéliens voient un danger en l’absence d’un plan pour gouverner Gaza après la guerre, en particulier avec l’intensité croissante des affrontements avec le Hamas au nord et au sud de la bande.

Les officiers supérieurs actuels et anciens de l’armée ont commencé à affirmer franchement que l’incapacité du gouvernement à présenter un plan pour faire suite aux combats à Gaza avait contraint les forces, au huitième mois de la guerre, à se battre à nouveau, en particulier dans les régions du nord. auquel les combattants du Hamas étaient revenus, soulignant que la mission de combat finirait par se répéter.

Alors qu’aucune fin claire des combats n’est en vue et que les pourparlers de cessez-le-feu semblent au point mort, les risques auxquels les soldats sont confrontés augmentent.

Deux responsables israéliens, s’exprimant sous couvert d’anonymat, ont déclaré que certains généraux et membres du cabinet de guerre étaient frustrés par le Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui n’a annoncé aucune alternative au Hamas pour diriger Gaza.

Ils ont également souligné que le refus de Netanyahu d’avoir une conversation sérieuse sur le « lendemain » a facilité la reconstitution du Hamas dans des endroits comme Jabalia, au nord de Gaza, qu’Israël a attaqué pour la première fois en octobre dernier.

Le conseiller adjoint israélien à la sécurité nationale de 2006 à 2015, Eran Lerman, a déclaré que la réaction violente à laquelle Israël est confronté dans la plupart des régions du monde à cause de la guerre et le nombre élevé de morts parmi les Palestiniens à Gaza sont dus à « l’absence d’une vision cohérente ». du statu quo. »

Netanyahu a résisté aux appels à mettre fin aux combats, arguant qu’il ne peut y avoir de gouvernement civil à Gaza tant que le Hamas n’est pas détruit.

Mais alors qu’un nombre croissant d’analystes et de responsables se demandent si Israël est capable d’atteindre un objectif aussi vaste, les critiques plus virulentes au sein de l’armée reflètent un fossé qui se creuse progressivement avec le gouvernement de Netanyahu.

Les deux responsables israéliens ont confirmé que commencer à former une nouvelle autorité gouvernementale à Gaza rendrait les choses plus difficiles pour le Hamas et pourrait alléger le fardeau de l’armée israélienne.

Michael Koplow, analyste au Israel Policy Forum, a déclaré que les dirigeants de l’armée « se sentent frustrés parce qu’on leur a confié une mission militaire qui finit par se répéter, et que le gouvernement n’a pas répondu aux questions stratégiques et politiques plus vastes ».

Pour Netanyahu, les considérations politiques incluent la tentative de former un gouvernement incluant des partis de droite qui ont appelé à une attaque globale contre Gaza malgré les objections américaines et qui ne sont pas disposés à soutenir ce que les pays arabes ont exigé comme condition fondamentale de leur aide, ce qui est la création d’un État palestinien.

Si Netanyahu s’écartait trop de leurs exigences, ils menaceraient de renverser le gouvernement, ce qui pourrait le laisser face à une série d’accusations de corruption sans les pouvoirs dont il jouit en tant que Premier ministre.

Lerman, l’ancien conseiller adjoint à la sécurité nationale, a récemment publié une proposition de plan avec d’autres chercheurs appelant à la création d’une autorité multinationale pour gérer et surveiller Gaza, dirigée par les États-Unis, l’Égypte et d’autres pays, et partagée avec les autorités israéliennes.

D’autres propositions incluaient des efforts visant à renforcer l’Autorité palestinienne qui dirige désormais la Cisjordanie occupée par Israël, mais le gouvernement israélien a également rejeté cette idée, arguant que l’Autorité n’est pas un partenaire compétent et crédible.

D’anciens responsables israéliens ont lancé des avertissements sur le manque de planification d’après-guerre, avant même le début de l’offensive terrestre sur Gaza.

مقالات ذات صلة

اترك تعليقاً

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *

شاهد أيضاً
إغلاق
زر الذهاب إلى الأعلى