أخبارفي الواجهة

Une décision importante du président Erdogan contre Israël

La Turquie a imposé des restrictions sur l’exportation d’un large éventail de produits vers Israël jusqu’à ce qu’un cessez-le-feu soit déclaré à Gaza, dans le cadre de la première mesure majeure prise par Ankara contre Israël après six mois de guerre dans la bande palestinienne.

Israël a déclaré qu’il répondrait aux mesures, qui incluent la restriction des exportations d’acier, d’engrais et de carburéacteur, en imposant des restrictions sur les produits en provenance de Turquie.

La Turquie dénonce Israël pour sa campagne contre Gaza, lancée à la suite d’une attaque menée par le Mouvement de résistance islamique palestinien (Hamas) le 7 octobre. Ankara a appelé à un cessez-le-feu immédiat, a soutenu les mesures visant à poursuivre Israël pour génocide et a envoyé des milliers de tonnes d’aide aux habitants de Gaza.

Malgré son recours à une rhétorique dure, la Turquie a également maintenu ses relations commerciales avec Israël, déclenchant une violente réaction intérieure. L’imposition de restrictions commerciales, qui entrent en vigueur mardi, fait suite au rejet par Israël d’une demande turque de participation à un largage aérien à Gaza.

Le ministère a déclaré que les procédures seront appliquées à l’exportation de produits de 54 catégories différentes, dont le fer, le marbre, l’acier, le ciment, l’aluminium, les briques, les engrais, les équipements et produits de construction, le carburéacteur et autres.

Elle a ajouté : “La décision restera en vigueur jusqu’à ce qu’Israël, conformément à ses obligations émanant du droit international, déclare de toute urgence un cessez-le-feu à Gaza et autorise l’afflux d’une aide humanitaire suffisante et sans entrave dans la bande de Gaza.”

En réponse à ces mesures, le ministre israélien des Affaires étrangères, Israel Katz, a déclaré que la Turquie avait « violé unilatéralement » les accords commerciaux avec Israël.

Katz a déclaré que le président turc Recep Tayyip Erdogan “sacrifie une fois de plus les intérêts économiques du peuple turc afin de soutenir le Hamas, et nous répondrons de la même manière”.

La Turquie et Israël ont retiré leurs ambassadeurs peu après le déclenchement de la guerre à Gaza et ont constamment échangé de vives critiques. La décision d’aujourd’hui représente la première mesure majeure prise par la Turquie contre Israël depuis le début du conflit.

  • Colère intérieure

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a fait l’objet de critiques croissantes ces dernières semaines en raison des relations commerciales continues de son gouvernement avec Israël, qui ont déclenché des manifestations antigouvernementales et une baisse du soutien populaire à son égard.

La police a arrêté samedi des dizaines de manifestants qui réclamaient la cessation du commerce avec Israël à Istanbul. La position d’Erdogan à l’égard d’Israël et du conflit à Gaza a été un facteur majeur dans certaines des défaites électorales de son parti, le soutien au nouveau Parti islamiste du bien-être augmentant dans un contexte de position plus dure de son parti à l’égard de Gaza.

Les données publiées par l’Association des exportateurs turcs ont montré que malgré la baisse des échanges commerciaux avec Israël depuis le 7 octobre, les exportations vers ce pays ont augmenté chaque mois depuis le début de 2024 jusqu’à aujourd’hui. Cependant, les données ont également montré que les exportations totales au premier trimestre de l’année se sont élevées à 1,1 milliard de dollars, soit une baisse de 21,6% sur un an.

Le ministère turc du Commerce a déclaré que la Turquie avait déjà cessé d’envoyer vers Israël des marchandises pouvant être utilisées à des fins militaires.

Le Parti populaire républicain et d’autres partis d’opposition turcs ont soutenu la décision de restreindre les exportations vers Israël, mais ont déclaré que ces mesures n’étaient pas suffisantes.

Le Parti populaire républicain a appelé à une cessation complète des échanges commerciaux avec Israël, tandis que d’autres partis ont exhorté le gouvernement à fermer son espace aérien et ses ports aux avions et navires à destination d’Israël.

مقالات ذات صلة

اترك تعليقاً

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *

شاهد أيضاً
إغلاق
زر الذهاب إلى الأعلى